Gospel Mag

 
pensées, charles spurgeon

20 août 2017

« Ils achevèrent Jérusalem jusqu’à la muraille large. » (Colombe) Néhémie 3.8

Les villes bien fortifiées possèdent de larges murailles, ce qui était le cas de Jérusalem aux jours de sa gloire. Pareillement, la nouvelle Jérusalem doit s’entourer et se protéger avec la large muraille de l’indépendance vis-à-vis du monde et de la séparation d’avec ses coutumes et son esprit. La tendance des jours actuels consiste plutôt à abattre cette sainte barrière et à rendre seulement nominale la distinction entre l’Église et le monde.

Ceux qui professent la foi chrétienne ne mènent plus une vie ordonnée et orientée vers la pureté. On trouve une littérature douteuse un peu partout ; on se laisse aller aujourd’hui à des passe-temps frivoles et un laxisme général menace de priver le peuple spécial de Dieu des saintes distinctions qui le séparent des hommes pécheurs.

Le jour où l’amalgame qui se dessine parviendra à sa plénitude, où les fils de Dieu et les filles des hommes se ressembleront, sera un triste jour de deuil pour l’Église et pour le monde. Alors surviendra un autre déluge de colère. Ami lecteur, visez à maintenir une large muraille, dans votre cœur, vos paroles, vos comportements et vos actions, en vous rappelant que l’amitié du monde est inimitié contre Dieu.

La muraille large offrait un lieu plaisant de repos pour les habitants de Jérusalem. Ils pouvaient s’y promener et admirer le panorama qui les environnait. Ceci nous rappelle l’immense largesse des commandements du Seigneur, dans lesquels nous marchons avec la liberté de la communion de Jésus, survolant les paysages de la terre et tournant les regards vers les gloires du ciel.

Séparés du monde et rejetant toute impiété et toute convoitise charnelle, nous ne sommes cependant pas en prison, ni restreints par des limites étroites. Non, nous marchons dans la liberté parce que nous gardons ses préceptes.

Venez, ami lecteur, et marchez ce soir avec Dieu dans ses statuts. Venez, comme un homme rencontre son ami sur la muraille de la ville, rencontrez votre Dieu sur la voie d’une sainte prière et de la méditation. Vous avez le droit d’arpenter les murailles du salut, car vous êtes citoyen de la cité royale, un fils de la capitale de l’univers.

Charles Spurgeon