Gospel Mag

 
évangile, colossiens, emily jensen

Colossiens 2 : S’attacher à l’Évangile

Emily JensenParole de Dieu

J’ai longtemps pensé que les gens avaient juste besoin d’entendre le message de l’Évangile afin de croire en Jésus et d’être sauvés. Ma compréhension se résumait à peu près à ceci : « Jésus est mort afin que les pécheurs puissent vivre pour l’éternité avec Dieu au ciel. » Je supposais qu’après avoir entendu et mentalement reconnu que cette affirmation était vraie (et après avoir prononcé une prière) vous étiez sauvé et ne pouviez pas vous « égarer définitivement ». Je pensais que votre travail à ce stade était d’être aussi bon que possible et de suivre toutes les règles et les enseignements présentés dans l’Écriture. Je jugeais les progrès spirituels de quelqu’un à son comportement moral extérieur et à l’absence apparente de péché sans sa vie.

Annonce : Abonnez-vous à la lettre de nouvelles et recevez gratuitement un nouveau livrel (ebook).

Bien sûr, cela est devenu un problème, parce que je pensais avoir reconnu la vérité du message de l’Évangile et que j’étais donc sauvée (en dépit de toutes les attitudes de cœur et des actions qui prouvaient le contraire). J’essayais d’agir comme une chrétienne et m’apercevais que j’étais totalement incapable de me montrer la hauteur des exigences divines. En fait, non seulement je manquais la cible, mais j’observais que mon cœur était rempli de méchanceté et de péché que je n’étais pas sûre de pouvoir maîtriser. Je me demandais : « Pourquoi le péché est-il encore tellement présent dans mon cœur si je suis chrétienne ? »

Même dans mes premières années de vie chrétienne authentique, je continuais à penser qu’on n’avait besoin du message de l’Évangile qu’au moment de la conversion. Comme si je n’avais besoin de la grâce merveilleuse de Dieu qu’une seule fois et qu’ensuite je pouvais m’efforcer de réformer ma conduite. Avec l’aide du Saint-Esprit, j’ai fait quelques progrès dans la bataille contre le péché, mais j’étais constamment stupéfaite par la méchanceté toujours présente en moi. Je me demandais : « Pourquoi est-il si difficile de grandir et de mettre mon péché à mort ? »

Aujourd’hui, après presque dix années de vie chrétienne, j’ai fini par comprendre que j’avais besoin de l’Évangile TOUS LES JOURS. J’ai autant besoin de la grâce merveilleuse de Dieu aujourd’hui que je marche avec lui que lorsque mes péchés étaient plus évidents. J’en ai besoin en permanence. Les idoles qui se manifestaient dans ma vie de manière grossière, se manifestent aujourd’hui de manière plus subtile. Le péché est toujours présent en moi, et plus je connais Jésus, plus j’ai besoin de l’Évangile. Je suis davantage consciente aujourd’hui de mon besoin de la grâce de Dieu pour être dans sa présence éternellement que lorsque je ressemblais davantage à une femme pécheresse à l’extérieur.

Alors pourquoi tant de chrétiens pensent-ils que l’Évangile n’est que pour la conversion, et qu’il peut être mis de côté dans le processus de croissance ? Dans le post précédent, nous avons examiné l’exhortation principale de Paul à l’Église de Colosses, qui était tentée d’adopter un faux enseignement et de s’écarter de la foi. Il avait exhorté les Colossiens à connaître et contempler la personne et l’œuvre du Christ, à comprendre son autorité et sa dignité suprêmes. Mais alors que Paul poursuit son argumentation, il en vient rapidement à son deuxième point : les croyants de Colosses ne doivent pas s’écarter du message de l’Évangile qu’ils ont reçu.

Quel est le message de l’Évangile ?

Voici un résumé de la façon dont Paul le présente dans sa lettre aux Colossiens :

Jésus, qui est pleinement Dieu, a circoncis nos cœurs, nous permettant de mourir au péché et de vivre en nouveauté de vie avec lui. Grâce à ce que Jésus a accompli sur la croix, nos transgressions sont pardonnées, notre dette est annulée, afin que nous puissions être réconciliés avec le Dieu saint et partager l’héritage de Jésus. Par son sang, nous sommes saints et irrépréhensibles devant Dieu, capables de marcher en accord avec notre nouveau cœur et d’accomplir de bonnes œuvres par la foi.

Si cela est un peu compliqué, en voici une présentation simplifiée :

  • Dieu est venu sur terre en tant qu’homme (Jésus).
  • Jésus a vécu une vie parfaite sans péché.
  • Jésus est mort injustement sur la croix et a pris sur lui la punition que nous méritaient nos fautes.
  • Jésus est ressuscité des morts et vit pour toujours.
  • Lorsque nous mettons notre foi en Jésus, nous sommes lavés de nos péchés, recevons un nouveau cœur et vivons pour toujours avec Dieu.

Il est utile de résumer et de réécrire le message de l’Évangile afin de mieux le comprendre. C’est pourquoi je suis reconnaissante que la Bible ait différentes façons de nous présenter cette vérité.

Pourquoi avons-nous besoin de nous attacher à l’Évangile ?

Pourquoi est-ce une erreur d’accepter l’Évangile au moment de la conversion et de le mettre ensuite de côté alors que nous cherchons à ressembler davantage au Christ ? Paul donne plusieurs raisons pour lesquelles les Colossiens devraient continuer à se confier en l’Évangile :

  • Parce que l’Évangile nous fait porter du fruit (Col 1.6)
    Paul dit que depuis que les Colossiens ont entendu et compris l’Évangile, ils ont porté du fruit et grandi dans leur foi. Nous avons été ramenés d’entre les morts afin de porter du fruit pour la gloire de Dieu (Rm 7.4).
  • Parce que l’Évangile nous rend stables et inébranlables (Col 1.23)
    Quelqu’un qui est stable ne va probablement pas échouer, n’étant pas balloté par les circonstances extérieures. L’Évangile nous aide à marcher en Christ, fermement établis dans notre foi et remplis de reconnaissance (Col 2.6-7).
  • Parce que l’Évangile nous aide à grandir en maturité (Col 1.28)
    Paul souligne que son but en tant que serviteur de l’Évangile est d’amener tous les croyants à l’état adulte en Christ. Il croit que cela peut se produire s’il prêche constamment l’Évangile, avertissant et instruisant en toute sagesse.
  • Parce que l’Évangile nous protège des faux enseignements (Col 2.2-8)
    L’Évangile contient la sagesse et la connaissance dont un croyant a besoin pour résister aux paroles trompeuses et aux arguments apparemment crédibles des faux docteurs. Il réoriente ses pensées dans la bonne direction et dévoile les mensonges.

Sans l’ancre de l’Évangile, nous pouvons commencer à nous écarter de la vérité sans même nous en rendre compte.

Comment l’Évangile peut-il nous aider dans la vie de tous les jours ?

  • Nous voulons être des mamans patientes, joyeuses, aimantes et compatissantes pour nos enfants. Connaître et croire l’Évangile nous aide à nous voir telles que nous sommes et nous donne la force d’aimer nos enfants avec l’amour de Dieu. Cela nous aide également à partager la vérité, parce que nous voyons nos enfants comme des pécheurs ayant besoin de la grâce, au lieu de les voir simplement comme des enfants désobéissants ayant besoin de discipline ou des enfants fondamentalement bons qui continuent à faire de petites erreurs. L’Évangile nous aide à rester joyeuses lorsque les choses prennent une autre tournure que celle que nous espérions, et à mettre notre espérance en Christ, et non dans notre capacité à être des mères parfaites.
  • Nous voulons être des femmes de Dieu efficaces qui évangélisent, prient, grandissent et servent dans leur quartier et leur Église. La force et la capacité de faire cela avec joie et de transformer des vies pour l’éternité, ne vient pas de notre propre force, mais de la puissance de l’Évangile jaillissant de nous. Si nous comprenons et aimons ce que le Christ a fait pour nous, nous aurons le désir de donner notre vie pour ceux qui nous entourent et de les servir afin de glorifier à Dieu.
  • Nous voulons être remplies de discernement afin de reconnaître les mensonges qui surgissent constamment sur les réseaux sociaux et à la télévision. Si nous ne demeurons pas fermes dans la vérité de l’Évangile, nous pouvons devenir un reflet de notre culture au lieu de refléter le Christ lui-même. La méditation permanente de l’Évangile garde nos yeux fixés sur celui dont nous voulons refléter le caractère, c’est-à-dire le Christ.
  • Nous voulons supporter la souffrance, sans nous plaindre ni nous apitoyer sur nous-mêmes. Cela est impossible si notre cœur n’est pas enraciné dans l’espérance que donne l’Évangile. Les malheurs et déceptions de cette vie ne peuvent être supportés que si nous demeurons en Christ et considérons la joie qu’il a préparée pour nous.
  • Nous voulons soutenir notre mari au lieu d’attendre trop de leur part. Si nous sommes conscientes de nos propres manquements et pleinement satisfaites de ce que Jésus a fait pour nous, nous pourrons aimer notre mari de la bonne manière. Si notre identité est enracinée dans l’Évangile, cela nous rend libres d’encourager, servir et soutenir notre mari avec patience malgré ses imperfections.
  • Nous voulons connaître notre but, qui n’est pas d’accomplir de grandes choses pour notre propre gloire, mais de rendre gloire à Dieu seul. Par l’Évangile, nous pouvons cesser de mettre notre espérance dans notre capacité à faire de bonnes choses pour Dieu et laisser nos bonnes œuvres être le fruit de notre amour pour Jésus.

Ce ne sont juste que quelques applications ! En fin de compte, l’Évangile est ce qui nous pousse à vivre selon l’appel que Dieu nous a adressé. Aucune technique de développement personnel ne nous donnera la force de vivre selon notre identité en Christ.

Comment pouvons-nous nous attacher à l’Évangile ?

  1. Assimilez le message de l’Évangile. Il m’a fallu des années pour entendre et lire le message de l’Évangile jusqu’à ce que je sois capable de le partager clairement. Ne sous-estimez pas la nécessité de commencer avec les choses de base.
  2. Prenez le temps de remplir votre cœur de l’Évangile. Cela inclut la lecture de la Bible et la méditation. Cela signifie également apprendre à reconnaître l’Évangile dans des parties de l’Écriture que nous trouvions ennuyeuses et sans intérêt. L’Ancien Testament annonce le Christ et le Nouveau Testament rappelle ce qu’il a fait et annonce sa seconde venue. Cela demande un effort de lire la Bible à la lumière de ce métarécit.
  3. Priez l’Évangile. La façon la plus utile que j’ai personnellement trouvée de me prêcher l’Évangile à moi-même chaque jour est de le prier. Chaque matin alors que j’écris mes prières, j’essaie de suivre ce modèle :
    • Reconnaître la sainteté de Dieu (en méditant les attributs de Dieu dont parle l’Écriture et qui le rendent entièrement différent de moi !).
    • Reconnaître mon péché (confesser tout ce que j’ai sur le cœur).
    • Remercier Jésus (au moyen d’hymnes et de versets qui mettent en valeur ce qu’il a fait pour moi).
    • Demander à Dieu de m’aider à marcher en nouveauté de vie (en lui remettant des domaines où je veux vivre selon ma nouvelle identité ce jour-là).

Je ne prie pas de cette manière toute la journée, mais cela m’aide à commencer la journée en étant consciente du caractère de Dieu et de mes propres faiblesses.

C’est le but du travail pastoral de Paul : rendre tout homme parfait en Christ.

facebook google twitter