Gospel Mag

 

Gospel Mag / Blog / Satisfaire notre désir le plus profond ne nous rendra pas heureux

Satisfaire notre désir le plus profond ne nous rendra pas heureux

Emily JensenVie chrétienne

Le désir le plus profond de Marilyn et le faux espoir de la célébrité

Marilyn Monroe était un mannequin américain et une star de cinéma devenue célèbre dans les années 1940 en raison de sa beauté exceptionnelle, sa personnalité vibrante et son charme. Après une enfance chaotique, un mariage presque « arrangé » et une vie difficile, elle rechercha la célébrité. On lui attribue la phrase suivante : « Ce que je désire plus que tout, c’est d’être une grande star. »

Annonce : Abonnez-vous à la lettre de nouvelles et recevez gratuitement un nouveau livrel (ebook).

Son vœu finit par se réaliser. Sa notoriété déborda les frontières des États-Unis. En tant que star de Hollywood, elle était adulée par des millions de gens. Mais elle ne trouva pas le bonheur auquel elle avait aspiré. Elle mourut d’une overdose en août 1962.

Alors qu’est-ce qui s’est passé ? Pourquoi une jeune femme qui avait satisfait son désir le plus profond a-t-elle connu une fin aussi tragique ? Pourquoi n’était-elle pas réellement heureuse ?

Tim Keller aborde cette question dans son livre, King’s Cross :

« Je plains vraiment les célébrités. Autrefois, c’était des personnes charmantes… mais aujourd’hui… elles se sentent en colère… Plus qu’aucun d’entre nous, elles voulaient la célébrité. A force de travailler, elles sont devenues célèbres, mais prennent des drogues dangereuses… car la chose pour laquelle elles s’étaient battues, cette célébrité qui était censée les rendre heureuses, leur procurer un sentiment de plénitude, elles l’ont obtenue mais rien n’a changé. Elles sont toujours elles-mêmes. La désillusion est cruelle et insupportable... Elles ont la chose qui était censée tout arranger – mais rien n’a changé. »

Il est probable qu’au fond d’elle-même, Marilyn espérait que la célébrité arrangerait tout et ferait disparaître la tristesse de son cœur – mais au lieu de cela, rien n’a changé. En fait, il est possible que la douleur ait même augmenté.

C’est souvent la même chose avec les gens qui deviennent extrêmement riches. Bien qu’ils pensent que le pouvoir et la richesse leur donneront la liberté suprême, ils finissent par se rendre compte qu’on peut gagner le monde entier sans pour autant cesser de se sentir vide. Il n’est pas rare que des personnes très riches soient esclaves de diverses addictions et même se suicident.

Mon vœu le plus cher

Bien qu’il soit facile de reprocher aux gens riches et célèbres de ne pas se rendre compte que l’argent et la célébrité ne rendent pas heureux,  n’avons-nous pas nous aussi des désirs secrets dont nous pensons qu’ils pourraient nous rendre heureux ?

Lorsque j’étais enfant, je savais que je voulais devenir une épouse et une maman. Un de mes jeux préférés était d’imaginer différents scénarios avec mes poupées : il y avait des mariages, des enfants, des repas, des maisons et des biens matériels. Lorsque j’ai terminé le lycée, j’ai eu de la difficulté à savoir quelles études faire parce qu’au fond de moi je voulais juste me marier et m’occuper de mes enfants à la maison. Ce n’est pas que je niais la valeur d’une carrière professionnelle, mais j’associais plutôt mon bonheur futur à l’idée d’avoir une vie de famille.

Finalement, ces deux vœux se sont réalisés. En 2012, j’avais un mari et un bébé. Mais chose étrange, même si j’avais ce dont j’avais toujours rêvé, ma vie était encore loin d’être parfaite. Il y avait des défis relationnels, j’étais parfois épuisée, et la réalité quotidienne de la maternité était beaucoup plus difficile que je ne l’avais imaginé. Heureusement que ma confiance était en Jésus, sinon cette désillusion aurait pu me déstabiliser. L’expérience de Marilyn Monroe n’est donc pas si différente de la nôtre – plus ses vœux se réalisaient, plus elle se sentait déprimée. De même il nous faut admettre que la réalisation de nos vœux les plus chers ne peuvent pas nous satisfaire pleinement.

Voyez-vous ce que je veux dire ? Peut-être n’aspirez-vous pas à devenir une actrice célèbre ou une mère au foyer, mais vous avez un autre rêve ? Peut-être désirez-vous avoir une certaine somme d’argent sur votre compte en banque ou avoir la liberté de voyager ? Peut-être aspirez-vous à atteindre un certain échelon dans votre carrière professionnelle ? La plupart des gens ont un désir dans leur cœur et pensent que s’il se réalisait, ils pourraient enfin être heureux.

La seule personne qui puisse nous rendre heureux, c’est Jésus

Voici ce que nous avons besoin de comprendre :

Dieu nous a créés avec le désir de participer à quelque chose de plus grand que nous-mêmes.

Que ce soit à Hollywood ou dans un autre cadre (famille, travail, engagement social), nous aspirons à faire de grandes choses. Nous espérons que des choses extraordinaires vont nous arriver et que nous nous sentirons alors vraiment épanouis. Et nous avons raison de vouloir cela, mais nous cherchons au mauvais endroit.

La bonne nouvelle, c’est que Dieu a fourni une réponse satisfaisante, une espérance qui dépasse toutes nos attentes ! Elle réside dans la grande histoire de la rédemption révélée dans la Bible, dont Jésus est le personnage principal et la fin encore à venir. Il est le trésor suprême, notre sauveur, notre roi, notre intercesseur, notre grand-prêtre et plus encore. Alors quand nous réfléchissons aux désirs que nous aimerions voir se réaliser, disons : « La personne que je veux plus que toute autre chose, c’est Jésus. Rien n’est plus précieux que lui. » Lui seul peut nous remplir d’une joie véritable et éternelle.

facebook google twitter
mode, théologie, emily jensen

La théologie de la mode – Une nouvelle série

méliné, interview, paris, montmartre

Interview de Gospel Mag avec Marcel et Méliné